Archives de catégorie : Finance Islamique

Vidéo Finance Islamique 

​​

La finance islamique se développe doucement mais sûrement en Europe.

Cette interview de deux spécialistes de la finance islamique, kader Merbouh et Anouar Hassoune permet de mieux comprendre son fonctionnement et don développement.

En quoi la finance islamique se differencie-t-elle de la finance conventionnelle ?

Quels sont les secteurs dans lesquels elle investit ?

Quelles sont ses vertus ?

La réponse dans cette vidéo diffusée sur France24

​​

Perspectives pour la finance islamique en Tunisie

Quel avenir pour la Finance islamique en Tunisie 🇹🇳 ?

Manifestement, la Finance islamique en Tunisie  n’a pas encore tenu le rang que ses avocats veulent bien lui donner. Les banquent qui s’y livrent se comptent au bout des doigts, trois en tout, s’arrogeant 7% du marché bancaire du pays. Il s’agit d’Al Baraka créée depuis les années 70, Zitouna en 2010 et El Wifack International Bank en 2015. Pourtant, au plan international, le marché de la finance islamique représente environ 2 trillions de dollars, en croissance annuelle de 16 à 20%, dont 40% des transactions sont accaparés par les pays de Golfe, sachant que 500 banques islamiques et 300 fenêtres de services islamiques relevant de banques traditionnelles sont opérationnelles actuellement.
Un mouvement que les banques tunisiennes compatibles avec la Charia pensent pouvoir rejoindre avec 15% des actifs bancaires à l’horizon 2020, contre 6,5% en 2016, selon les prévisions d’un expert en la matière s’exprimant lors d’une table ronde organisée par l’Association tunisienne de la finance islamique sur « l’effet des législations sur le développement des services financiers en Tunisie ». Il estime que les banques islamiques sont en peine de réinvestir l’excédent des dépôts, soulignant que la loi N°48 de juillet 2016, va permettre aux banques islamiques de la place et les banques étrangères désireuses investir en Tunisie de trouver des fenêtres spécialisées en Finance islamique.
Au demeurant, des mécanismes de contrôle seront mis en place, dès la finalisation des textes législatifs et procéduraux régissant le secteur de la finance islamique en Tunisie. Il s’agit de soutenir l’emploi et le développement dans le pays et de favoriser la migration du secteur informel vers le formel, réduisant ainsi les marges de l’économie parallèle. Les autorités financières, elles, sont appelées à mettre en place un texte législatif permettant d’assurer l’équité des chances en matière de concurrence entre les banques islamiques et celles classiques. La présidente de l’Association tunisienne de la finance islamique estime à cet égard que « l’engagement de la banque islamique à l’application des principes de la charia a porté atteinte à l’intérêt de son client, étant donné que ce dernier n’est pas concerné, par exemple, par le programme du premier logement, décidé par le gouvernement, puisque la banque ne peut travailler avec les intérêts ». De même, ces banques ne sont pas autorisées à financer l’acquisition des terrains agricoles, puisqu’elles se présentent comme des sociétés de participation et la loi tunisienne interdit à tout étranger de s’approprier de terres agricoles », a-t-elle fait savoir.
Gestion des liquidités
Partout dans le monde et plus encore dans mains pays européens comme le Luxembourg et la Grande-Bretagne, les vertus de la finance islamique sont abondamment célébrés. Ils voient dans cette finance un outil pour maintenir leurs dépenses budgétaires et contrer l’impact négatif des prix du pétrole sur leurs budgets. Les changements réglementaires pourraient aider l’industrie à résoudre les problèmes liés à l’absence d’instruments de gestion des liquidités et lui permettre d’appliquer plus rigoureusement le principe du partage des pertes et des profits. Quant à la normalisation des pratiques, elle pourra permettre d’améliorer l’intégration de l’industrie et sa capacité d’innovation.
Les analystes estiment que l’industrie devrait atteindre une valeur de 3000 milliards de dollars dans le courant de la prochaine décennie. Cette croissance sera probablement le résultat de la combinaison des efforts déployés par les acteurs de la finance islamique ainsi que sa contribution au développement de l’économie réelle, qui alimente l’intérêt des États et institutions en charge du développement.

Source : http://africanmanager.com/16_tunisie-quel-avenir-pour-la-finance-islamique/

Epargne Takaful Hajj : une épargne halal pour préparer le Hajj

Amana Takaful propose Epargne Takaful Hajj

 

Le groupe financier saoudien “Dallah Al Baraka”, un des pionniers de la finance islamique au monde et un groupe de compagnies d’assurances et de réassurance leaders du marché Tunisien se sont alliés pour créer le la Société Tunisienne d’Assurance Takaful “El Amana Takaful”. El Amana Takaful propose une gamme complète de produits d’assurances dédiée aux particuliers, aux professionnels et aux entreprises. Parmis lesquels figurent Epargne Takaful Hajj

El Amana Takaful est la première compagnie d’assurance en Tunisie qui propose un plan d’épargne « Halal » conforme aux préceptes de la finance islamique, afin de d’aider ses clients à accomplir le dernier pilier de l’Islam «le pèlerinage».

Amanat El Hajj – Epargne Takaful Hajj est un contrat d’assurance Takaful qui vous permet de constituer une épargne servie à la date prévue du pèlerinage.

Si vous résidez en Tunisie et que vous êtes admis sur la liste officielle des pèlerins avant la date initialement prévue dans le contrat d’épargne, le Fonds Takaful vous fait DON du montant qui vous manque à condition que l’épargne constituée soit > ou = à 80% du coût du pèlerinage.

 

Avantages du Plan d’ Epargne Takaful Hajj : «Amanat El Hajj»

Ce plan est une combinaison d’épargne et d’investissement conforme aux préceptes de la finance islamique et certifiée par un Comité Charia.
Adapté à tous les âges, le montant de la contribution et la durée du plan d’épargne peuvent être fixés en fonction des moyens des épargnants.
Le montant de la contribution peut être augmenté durant la durée du contrat.

Le contrat Epargne Takaful Hajj permet ainsi de préparer sereinement l’accomplissement du Hajj.  Il faut également savoir que El Amana Takaful gère le Fonds des Participants moyennant une Commission «Wakala».

C’est le genre de contrat que l’on aimerais voir se développer en France et en Europe. Et vous qu’en pensez vous ?

N’hésitez pas à commenter.

Finance Participative Maroc

Au Maroc la finance participative avance, le ministère de l’Économie et des finances a publié au Bulletin officiel (n° 6.548 du 2 mars 2017) les arrêtés homologuant les circulaires de Bank Al-Maghrib (BAM) relatives aux banques participatives. Ils détaillent les caractéristiques des produits «Mourabaha», «Ijara», «Moudaraba» et «Salam».



Mourabaha

Produit phare de la finance islamique, il s’agit du contrat par lequel une banque vend à son client un bien meuble ou immeuble à son coût d’acquisition qui comprend le prix d’achat, les frais d’acquisition auquel il faut ajouter une marge bénéficiaire.

Le client peut donner l’ordre à la banque d’acheter un bien mobilier ou immobilier en sa faveur et qu’il va devoir acquérir dans le cadre d’un contrat Mourabaha. Pour s’assurer de l’exécution de la promesse d’achat par le client, l’établissement bancaire peut exiger le paiement d’un montant en numéraire appelé «hamish al jiddiya» et ceci en garantie de l’exécution de la promesse formulée par le client.


Al Ijara

Il s’agit d’un produit qui permet à un client de louer un bien meuble ou immeuble mis à sa disposition par une banque en contrepartie d’un loyer fixe ou évolutif. Dans ce dernier cas, les deux parties doivent préciser les fourchettes maximales et minimales du loyer.

Au terme de la durée de la location, la propriété du bien peut être transférée au client moyennant un contrat distinct.


La «Moudaraba» 

Il s’agit d’un contrat par le truchement duquel une ou plusieurs banques financent un ou plusieurs personnes associées dans un même projet. Le contrat Moudaraba peut préciser les modalités de l’investissement, comme il peut consister en contrat libre qui permet au client d’investir l’argent qui lui est accordé sans restrictions.


Le contrat «Salam»

La banque qui se met dans la posture de «l’acheteur» met à disposition du client une somme d’argent en contrepartie d’une livraison ultérieure d’une marchandise. Le contrat Salam doit prévoir toutes les caractéristiques et les volumes de cette marchandise qui, par ailleurs, est disponible sur le marché afin de permettre au client de la banque d’honorer son engagement à l’échéance prévue dans le contrat. Si le client n’est pas en mesure de livrer la marchandise dans les délais, il peut négocier un délai supplémentaire sans réviser le prix ou revoir à la hausse la quantité de la marchandise. Enfin, il peut substituer la marchandise objet du contrat par une autre après accord de l’acheteur.

Source : http://www.leseco.ma/finances/55290-le-guide-des-produits-de-la-finance-participative.html

Liste des banques islamiques en Algérie

Retrouvez ici l’ensemble des agences bancaires proposant des offres en finance islamique en Algérie

 

Vidéo de présentation de AlBaraka Algérie 

Voici la liste des agences de la banque islamique AlBaraka en Algérie :

​​

  • Agence El-Khettabi

Directeur: HOUAMEL BOUALEM

Adresse:   9, rue Emir El-Khettabi, Alger Centre – Alger

Tél. :        213 (0) 21 64 36 65 / 67

Fax :        213 (0) 21 64 36 79

E-mail :    101khettabi@albaraka-bank.com


  • Agence Birkhadem

Directeur : ARIOUAT BOUALEM

Adresse:     32 rue des trois frères Djillali, Birkhadem – Alger

Tél. :          213 (0) 21 54 20 51/52

Fax :           213 (0) 21 44 74 02

E-mail :       102birkhadem@albaraka-bank.com


  • Agence Rouiba

Directeur : BENFLICI SALIM

Adresse:     Lotissement CADAT, Villa n°82, Rouiba -Alger

Tél. :          213 (0) 21 81 17 13 / 16

Fax :           213 (0) 21 81 16 73

E-mail :      103rouiba@albaraka-bank.com


  • Agence El Harrach 

Directeur : BELLILA ABDELKADER

Adresse:    25, Rue Hamidouche Ahmed, El Harrach

Tel :          213 (0) 21 83 19 51

Fax :         213 (0) 21 83 25 80

E-mail :     105elharrach@albaraka-bank.com


  • Agence Kouba 

Directeur : CHEBAL Rabeh

Adresse:     35 rue des frére Abdessalami (la croix), Alger

Tel :           213 (0) 2129 89 18 / 64

Fax :           213 (0) 21 29 89 15

E-mail :     106kouba@albaraka-bank.com


  • Agence Bab Ezzouar 

Directeur: ARAR Mahmoud Younsi

Adresse:  cité Rabia Tahar, villa n° 10 bis Bab Ezzouar.

Tél. :       213 (0) 21 20 78 00 /01/02

Fax :        213 (0) 21 20 77 98

E-mail :    107BABEZZOUAR@albaraka-bank.com


  • Agence Blida 

Directeur : CHAILI MILOUD

Adresse:    02 Boulvard Larbi Tebbessi, Blida

Tél. :         213 (0) 25 30 71 25 / 22

Fax :          213 (0) 25 30 71 23

E-mail :      110blida@albaraka-bank.com


  • Agence Tizi-Ouzou 

Directeur:  HAMRAOUI TEKFA

Adresse:     05 Boulevard Stiti Ali – Tizi Ouezou

Tél. :          213 (0) 26 20 94 77 /80/82/83

Fax :          213 (0) 26 20 94 75

E-mail :    111tiziouzou@albaraka-bank.com


  • Agence Tlemcen 

Directeur :  TABET Djamel Eddine

Adresse:     Lotissement Kiffan Lot n 567 – Tlemcen

Tél. :           213 (0) 43 20 31 64

Fax :            213 (0) 43 20 31 72

E-mail :       201tlemcen@albaraka-bank.com


  • Agence Oran 

Directeur : GOUAICHE Hadj Adda

Adresse:    32 rue des frères Niati le plateau – Oran

Tél. :         213 (0) 41 40 20 07 / 13

Fax :          213 (0) 41 40 78 11

E-mail :     202oran@albaraka-bank.com


  • Agence Oran 

Directeur : BADAOUI  NOUREDDINE

Adresse:     33 rue Mustapha Ben Boulaid Ex Aubert 1er – Oran

Tél. :          213 (0) 41 32 34 05

Fax :           213 (0) 41 32 34 44

E-mail :       203oran@albaraka-bank.com


  • Agence Sidi Bel Abbes

Directeur : REFSSI ABBES

Adresse:    Rue Bouboum Mohamed, Bd Amranas

Tél :          213 (0) 48 75 59 76

Fax :          213 (0) 48 75 59 85


  • Agence Chlef

Directeur : KOUADRI BOUDJALTIA FETHI

Adresse:    Rue Al Moukaouama, commune de Chlef

Tél :         213 (0) 27 79 93 22 /23 /24

Fax :         213 (0) 27 79 93 26


  • Agence Mostaganem 

Directeur : KACHER BELKACEM

Adresse:    Zone urbaine 3, ilot N° F06/F0

Tél. :         213 (0) 45 30 97 10

Fax :          213 (0) 44 30 97 18


  • Agence Laghouat 

Directeur : ALLALI HAMZA

Adresse:    Cite ben sahnoun lot n°008 section 156 commune et daira de laghouat

Tél. :         213 (0) 29 11 64 35/36/38

Fax :          213 (0) 35 92 66 66


  • Agence El Oued 

Directeur : GHENDIR AOUN TAHAR

Adresse:    Hai El Asnam, El Oued

Tél. :         213 (0) 32 21 82 03/18/99

Fax :          213 (0) 32 21 82 50


  • Agence Biskra 

Directeur : DERRADJI AMAR

Adresse:    Rue El Amir Abdelkader

Tél. :         213 (0) 33 53 07 90/94/92

Fax :          213 (0)33 53 07 88


  • Agence Constantine 

Directeur : BENDJABALLAH SOFIANE

Adresse : 05, Avenue Ahmed Dahli, Constantine

Tél. : 213 (0) 31 92 30 45/46/48

Fax : 213 (0) 3192 30 47

Email : 402constantine@albaraka-bank.com


  • Agence Batna

Directeur : BOUREZZANE KAMEL

Adresse:    18 rue Ben-Badis, Batna

Tél. :         213 (0) 33  85 20 23

Fax :          213 (0) 33 85 32 75

E-mail :      403batna@albaraka-bank.com


  • Agence Annaba

Directeur :TELIBA MOHAMED ELHADI

Adresse:   Centre d’Affaires « El-Djouhara », 9 avenue de l’ALN, Annaba

Tél. :        213 (0) 38 44 98 85/

Fax :        213 (0) 3844 96 09

E-mail :    404annaba@albaraka-bank.com


  • Agence Bordj-Bouarriridj

Directeur : GUADAOUI ABDELLAH

Adresse:    Rue 1er Novembre 1954, cité el djebess, Bordj Bou Arreridj

Tel :           213 (0) 35 69 05 01/02/03

Fax :          213 (0) 35 69 05/04

E-mail :       405bba@albaraka-bank.com


  • Agence Constantine

Directeur :  BENHAMZA Oualid

Adresse:     09 Lot des frères Djeghdjegh Sidi Mabrouk- Constantine

Tél. :          213 (0) 31 31 36 07

Fax :          213 (0) 31 62 32 43

E-mail :      406constantine@albaraka-bank.com


  • Agence Skikda

Directeur : BABES FAROUK

Adresse:     62 rue Bachir Boukadoum, Skikda

Tel :           038 76 53 40/41

Fax:           038 76 53 44

E-mail :    409skikda@albaraka-bank.com


  • Agence Bejaia

Directeur : IDIRI Nacib

Adresse:    14 Rue Herfi Taouess Commune de Bejaia

Tel :          +213 (0) 34 12 98 08/10

Fax:          +213 (0) 34 12 98 06


  • Agence Ain M’Lila

Directeur : HASSEN Toufik

Adresse:    Zone urbaine de Ain M’lila à proximité de la cité des 750 logements

Tél :          213 (0) 32 44 88 33 /36 /66

Fax :          213 (0) 32 44 92 92


Liste des agences de la banque islamique Al Salam Bank en Algérie :

 

 

 

  • AL SALAM BANK ALGERIA DIRECTION GENERALE 
AL SALAM BANK ALGERIA SPA
233 RUE AHMED OUAKED BP 141 Dely Ibrahim, Alger (16), Algérie

* Tél : +213 (0) 23 30 45 87
* Fax : +213 (0) 23 30 45 87


  • AGENCE ALGER  COOP. BOUSHAKI F LOT. 186  Bab Ezzouar, Alger (16), Algérie

Tél : +213 (0) 23 83 28 63
Fax : +213 (0) 23 83 28 65


  • AGENCE BLIDA
 102 BD MOHAMED BOUDIAF PROPRIETE 88
    Blida, Blida (09), Algérie

Tél : +213 (0) 25 40 45 17
Fax : +213 (0) 25 40 48 06


  • AGENCE KOUBA ALGER 24 DJENANE BEN OMAR Kouba, Alger (16), Algérie

Tél : +213 (0) 23 78 11 21
Fax : +213 (0) 23 78 29 97


  • AGENCE ORAN 
5 COOP. ADNANE MUSTAPHA ZHUN USTO Bir El Djir, Oran (31), Algérie

Tél : +213 (0) 41 42 00 90
Fax : +213 (0) 41 42 27 44


  • AGENCE SETIF 
 11 CITE MOUNAOUARAT LARARSSA LOT. 143 Setif, Setif (19), Algérie

Tél : +213 (0) 36 51 42 29
Fax : +213 (0) 36 51 32 14


  • AGENCE DELY BRAHIM ALGER
233 RUE AHMED OUAKED Dely Ibrahim, Alger (16), Algérie

Tél : +213 (0) 21 37 27 17
Mob : +213 (0) 561 69 08 15

 

La Russie souhaite voir la finance islamique se developper 

Finance Islamique en Russie

L’industrie mondiale de la finance islamique, qui connaît des taux de croissance phénoménaux avec une expansion en Europe verra un nouvel entrant en Russie. La finance islamique en Russie c’est pour bientôt !

La Russie a déjà commencé le processus d’acclimatation avec l’industrie de la finance islamique en s’appuyant sur le modèle établi de la Banque islamique de développement (BID), dont le siège est à Djeddah.
“La Russie espère mettre en place le système de finance islamique dans ses banques”, a déclaré un membre de la délégation russe qui rendait visite à la BID.
“Notre principal objectif est de se familiariser avec le système de financement islamique et de le mettre en œuvre plus tard en Russie, où vivent 25 millions de musulmans”, a déclaré Abubakar Arsamaskof, président de la Banque industrielle de Moscou à Saudi Gazette.
La banque islamique fait référence à un système d’activité bancaire conforme aux principes de la charia et à son application pratique par le développement de l’économie islamique.
A la question de savoir si la Russie est prête pour un tel changement, Arsamaskof a indiqué que bien qu’il n’y ait pas encore de cadre réglementaire qui faciliterait les opérations bancaires islamiques, le président et le gouvernement sont prêts à mettre en œuvre la finance islamique au plus tôt et, de fournir au gouvernement les mécanismes nécessaires.
“D’où la nécessité pour nous d’étudier un modèle de réussite et c’est la BID”, at-il dit. Arsamaskof a souligné qu’ils souhaitent développer un partenariat avec la BID pour développer et mettre en œuvre la finance islamique dans les banques russes.

Il a également déclaré que leur banque industrielle compte 7 000 employés répartis dans 260 succursales offrant différents produits et services. Il a ajouté que l’accent était mis principalement sur l’industrie, la construction et l’agriculture. Il a souligné qu’ils émettent une offre de crédit à ceux qui veulent accomplir le Hajj.
Arsamaskof a indiqué que les entreprises russes se dirigent de plus en plus vers l’industrie halal et ont des investissements qui sont estimés à 100 millions de dollars.

«Les produits halal, a déclaré Arsamaskof,« sont populaires aussi parmi les non-musulmans qui achètent ces produits avec plaisir parce qu’ils sont sûrs de leur haute qualité.
Le cheikh Roshan Abasof, premier vice-président du Conseil Shoura de Muftis pour les musulmans de l’administration de la Fédération de Russie, a expliqué qu’en 2000, un organisme réglementaire de certification, de contrôle et de surveillance a été créé sous le nom de Centre international de normalisation et de certification halal (ICSC).
Jusqu’à ce jour 200 entreprises ont reçu la certification ICSC et leurs produits sont exportés vers cinq pays différents, y compris ceux dans la région du Golfe.
M. Abasof a déclaré: «La Russie et la BID collaborent déjà dans différents secteurs – principalement le secteur philanthropique, le Waqf et l’éducation. Et cette coopération dans le système bancaire islamique va encore renforcer les relations. ”
Il a ajouté que plus de 70 étudiants ont bénéficié de bourses de la BID pour terminer leurs études universitaires.
La délégation russe a visité la BID pour collaborer et renforcer le système de finance islamique en Russie. Parmi les autres négociations, la collaboration entre la BID et la Banque industrielle de Moscou pour trouver des possibilités d’investissement et créer des emplois pour les jeunes.
Le président de la BID, Bandar Hajjar, a déclaré: “La banque étudie les méthodes par lesquelles elle peut participer aux banques islamiques en Russie après l’achèvement des mesures juridiques et organisationnelles en coopération avec la Banque centrale de Russie.
Il a ajouté qu’ils ont été témoins d’une volonté réelle dans le gouvernement russe et dans la Banque centrale de Russie pour fournir un environnement approprié pour la finance islamique.

Il a encouragé la BID à former des fonctionnaires bancaires à cet égard et fournir des bourses aux ressortissants russes afin de les préparer à travailler dans le secteur de la finance islamique.

Parallèlement, la BID a approuvé la participation de 29 projets en Russie évalués à 7,4 millions de dollars. Ces projets comprennent: l’Université islamique de Moscou, l’Université islamique de Kazan, un Institut islamique et une polyclinique médicale à Saratov et les Instituts islamiques du Daghestan.
La BID a également fourni une aide d’urgence à la Tchétchénie, consacrée à la construction d’écoles et d’instituts de formation professionnelle.

Finance islamique en Afrique 

État des lieux de la Finance Islamique en Afrique :

La finance islamique a fait une percée remarquable durant ces derniers mois en Afrique, un constat qui pourrait se confirmer dans les années à venir si les Etats et les entreprises privées continuent à lever des fonds à travers ce canal conforme à la Charia.
Après les émissions d’obligations souveraines de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Togo en 2016, l’Africa Finance Corporation (AFC), une institution multilatérale spécialisée dans le développement de projets d’infrastructures en Afrique, a réussi une belle opération.
Fin janvier, l’AFC a levé pour sa première obligation conforme aux percepts islamiques, près de 140 millions d’euros. Une somme qui vient s’ajouter aux quelques 1,2 milliard d’euros déjà émis par les Etats africains durant ces deux dernières années.
L’émission d’obligations islamiques, plus communément appelées Sukuk, vient donc confirmer la tendance: les Etats Africains ont actuellement un penchant vers la Finance Islamique. Longtemps délaissés par les investisseurs internationaux, les Etats Africains, pour la majorité d’entre eux, ont durant plusieurs décennies fait appel uniquement aux organismes financiers internationaux tels que le FMI ou la Banque Mondiale.
Mais depuis peu, les Sukuk connaissent un succès croissant auprès des investisseurs au niveau international. Une tendance qui n’a pas échappé aux Etats africains. Les pays du continent qui ont emprunté à travers ce mode de financement, ont à chaque souscription, dépassé les montants espérés. Cette situation est donc venue renforcer la volonté des gouvernements africains de faire appel à la Finance Islamique.
Le Nigeria, la Tunisie et l’Egypte prévoient ainsi de lancer leur propres émissions obligataires conforment à la Charia dans les mois à venir. Le gouvernement marocain a, pour sa part, octroyé il y a quelques semaines des agréments pour les banques Islamiques. Un décollage qui pourrait fort bien profiter à l’Afrique, si les retours sur investissements sont à la hauteur des émissions obligataires.

 

Assurance vie halal Swiss Life

Swiss Life a lance la première Assurance vie charia compatible, la 1ère assurance vie halal !

Le site testepourvous.com  a étudié le contrat d’assurance vie halal de Swisslife.

Voici le résultat de leur étude  :

Longtemps annoncé, rarement concrétisé, Swiss Life lance « Salam Epargne & placement » un contrat individuel multisupport, qui permet d’investir dans la Sicav Salam-Pax Sicav, un fond comprenant des OPCVM répondant aux principes de la finance éthique et islamique. Cette assurance vie halal est destinée aux résidents Français, désirant épargner dans le respect des principes de leur foi.

Salam Epargne & Placement, une assurance vie charia compatible

Salam Epargne & Placement est un contrat individuel multisupport. Il est accessible à partir de 3.000 euros de versement initial, le versement complémentaire est de 1500 euros minimum.

Les frais de versement s’élèvent à 4.95 % quel que soit le montant du versement. Les frais de gestion sur le fonds en unité de compte sont de 1.1 % quel que soit le montant de l’encours, quant aux frais de gestion sur le fonds en euros, ils sont gratuits.

Les versements programmés, sont possibles à partir de 75 euros par mois et le montant minimum pour les versements non programmés est fixé à 300 euros par support.

Les arbitrages s’effectuent pour un montant minimum de 1.500 euros, le premier est gratuit. Les frais d’arbitrage suivants sont proportionnels au montant transféré à hauteur de 0,2 % avec un montant forfaitaire de 30 euros par opération.


Les spécificités d’un contrat Charia Compatible

Le contrat a été validé par le conseil de conformité éthique, l’Acerfi (Audit, Conformité Et Recherche en Finance Islamique), puisqu’il répond aux 5 principes de la finance islamique :

  • Il ne propose pas d’intérêt et d’usure puisque le gain « abusif et généré par une transaction déséquilibrée » est prohibé par l’islam ;
  • Il ne permet pas la réalisation d’investissements aléatoires et incertains.
  • Pas d’activités illicites au sens de l’islam : Aucun investissement n’est fait dans les activités liées au hasard, au tabac, à la pornographie, à l’alcool, à la filière porcine et à l’armement ;
  • Il s’engage dans l’économie réelle et tangible ;
  • Partage des profits et des pertes.

L’évaluation de la charia compatibilité

Le contrat Salam Epargne & Placement se démarque à plusieurs titres des contrats d’assurance vie classiques.
Tout d’abord, par son fonds euro, appelé « fonds d’attente », qui ne donne pas accès à une participation aux bénéfices, alors que dans la plupart des contrats d’assurance vie dits « classiques », le fonds euros est revalorisé par cette participation aux bénéfices.
Le support fournis est unique, alors que la majorité des contrats proposent en moyenne 200 supports. Cela s’explique probablement par un nombre très faible de fonds charia compatibles.
En accord avec l’obligation du partage des pertes et profits, le support UC « Salam Pax » permet de rémunérer l’adhérent en cas de profit, dans le cas contraire, la perte est supportée par tous.
En conformité avec la loi islamique, il n’y a pas de garantie décès, en effet, toute spéculation sur un évènement incertain et aléatoire est condamnée. D’où, l’absence de garantie plancher présente dans la plupart des contrats d’assurance vie classique.
Contractuellement, les avances ne sont pas prévues au contrat. Une avance s’apparentant à un prêt, elle est interdite.
Alors que la plupart des contrats proposent des sorties en rente viagère et en capital, ce contrat ne présente qu’une sortie en capital.
Enfin on retrouve dans ce contrat une dimension éthique que l’on peut retrouver dans certains contrats proposant des fonds ISR (investissement socialement responsable). C’est le cas du contrat d’assurance vie « Assurance vie responsable et solidaire » distribué par la MAIF, répondant aussi à une éthique non pas religieuse, mais d’investissement.
Ce contrat présente de nombreux avantages pour les personnes de confession musulmane qui souhaitent placer leur argent, bien que les frais de gestion sur UC soient assez élevés, qu’il n’y ait aucune revalorisation de l’épargne placée sur le fonds euros, et que le support UC soit unique. Cependant les millions de musulmans de France, vont pouvoir bénéficier du placement préféré des Français, tout en étant en conformité avec leurs convictions religieuses.

Retouvez l’article complet ici