Archives de catégorie : Banque islamique

La Finance Islamique pourrait faire flamber le prix de l’or

L’ or  en finance islamique :

Si seulement 2% des actifs financiers islamiques sont alloués à l’or, une énorme nouvelle source de demande – à peu près égale aux achats totaux de la Chine en 2015 – entrera bientôt sur le marché. Et cela pourrait pousser les prix de l’or plus haut … beaucoup plus haut.

La finance islamique a évité les produits financiers liés à l’or. Du fait que les jugements rendus vis à vis des investissements en or ont été divergents. En conséquence, les institutions financières islamiques – qui détiennent plus de 2 000 milliards de dollars d’actifs – n’ont pas énormément investi dans les métaux précieux.
Cependant, un “Sharia Gold Standard” – qui clarifiera et rationalisera les règles d’investissement de l’or islamique – est en passe de voir le jour d’ici la fin de l’année. Cela signifie que les quelques 100 millions d’investisseurs musulmans actifs auront bientôt l’or comme option d’investissement dans le monde entier.

Une fois que la norme Sharia Gold sera adoptée, il est fort probable que les gérants des principaux pays de la finance islamique tels que le Bahreïn, le Qatar, l’Indonésie, l’Arabie saoudite et la Malaisie commenceront agressivement à proposer des produits d’investissement en or comme les FNB (Fonds Négociés en Bourse) qui sont déjà très populaires dans le reste du monde .
Si seulement un petit pourcentage des 2000 milliards de dollars d’actifs de la finance islamique passent à des produits aurifères en 2017, le marché de l’or – qui subit actuellement un recul de son marché haussier – aura une énorme nouvelle source de demande.
Un communiqué de presse du 10 octobre des développeurs de l’étalon-or,  AAOIFI (Accounting and Auditing Organization for Islamic Financial Institutions) et le World Gold Council (WGC), basé à Londres, ont annoncé la publication de l’étude. Après avoir accepté les commentaires et les suggestions du public, les organisations se réuniront à la mi-novembre pour finaliser le projet d’étalon-or et fixer le calendrier de mise en œuvre, prévu pour la fin de l’année.

Les acheteurs musulmans d’or ont le potentiel d’être une force sur le marché mondial de l’or.
À titre de comparaison, en 2015, la Chine était un énorme acheteur d’or. Le gouvernement chinois est secret sur les chiffres exacts, mais les importations d’or passé depuis Hong Kong l’an dernier a atteint près de 1000 tonnes.
Aux prix courants, si les institutions financières islamiques allouent à l’or seulement 2% des actifs qu’ils gèrent, cela équivaudrait à environ 1000 tonnes de demande supplémentaire. Cela équivaudrait à une autre Chine, pour commencer.
Cette nouvelle demande pourrait contribuer à faire grimper les prix de l’or en 2017.

Et bien que cette allocation initiale puisse être un événement ponctuel, la finance islamique connaît une croissance rapide. Ce sera une source continue de demande d’or dans l’avenir. Standard and Poor’s prévoit que le marché pourrait atteindre 5 000 milliards de dollars d’ici à 2020. Certaines prévisions vont jusqu’à 6500 milliards de dollars en quatre ans.

Pourtant, en dépit de cette expansion rapide, les banques islamiques ne représentent qu’une petite fraction des actifs d’investissement dans le monde – même si les musulmans représentent près d’un tiers de la population mondiale.
Le plus gros problème a été le manque de normalisation dans les produits disponibles en raison de différentes interprétations de ce qui est acceptable en vertu de la charia. Le nouveau Sharia Gold Standard, avec d’autres normes d’investissement, devraient aider au développement.


En vertu de la charia, l’or est généralement considéré comme un «élément Ribawi», ce qui signifie que les musulmans ne peuvent pas le négocier pour une valeur future, ou pour la spéculation. Ils peuvent, cependant, utiliser l’or comme monnaie et le posséder comme des bijoux. La question de savoir si les musulmans peuvent échanger de l’or comme une marchandise a été une source permanente de débats entre les universitaires islamiques. La nouvelle norme cherche à consolider l’accord entre les chercheurs.
Comme Yusuf DeLorenzo, un membre AAOIFI, a dit en Juillet:

 «L’hésitation à investir dans l’or quand les normes chrétiennes crédibles sont indisponibles est presque universelle dans le monde islamique. Au revers de l’équation, cependant, l’or a toujours été le choix de musulmans individuels désireux de préserver la richesse et la valeur.»

Compte tenu de sa longue histoire comme en tant que monnaie et dépôt de richesse parmi les musulmans, les attentes sont élevées pour l’industrie de la finance islamique, et les investisseurs musulmans, devraient donc rapidement embrasser les investissements en or. Cela inclurait les plans d’épargne aurifère, les certificats d’or, les ETF d’or (fonds indiciel côté) avec support physique, certains contrats à terme sur l’or et les actions d’extraction de l’or.


Le recul de l’or à sa moyenne mobile de 200 jours offre un bon point d’entrée

La demande supplémentaire attendue des investisseurs islamiques vient alors que l’or s’est retiré d’un grand rallye de 2016. Il s’est consolidé autour de sa moyenne mobile de 200 jours – une mesure populaire de la tendance à long terme d’un marché – le mois dernier. Mais il a depuis monté au-dessus de la moyenne mobile de 200 jours et est maintenant en hausse de 23% pour l’année.
Les catalyseurs pour l’or à monter plus haut sont toujours là. Les politiques de taux d’intérêt zéro des banques centrales et les épisodes d’instabilité monétaire mondiale poussent les investisseurs à adopter une position stable. De plus, l’incertitude politique mondiale – comme le vote Brexit et l’élection fou des États-Unis – a ajouté à l’attrait de l’or.


Toutes les indications indiquent la correction de 5% de l’or depuis le milieu de l’été comme un recul dans un marché haussier en cours et historique.
Les indices fondamentaux pour un marché haussier à long terme de l’or restent en place. Et 100 millions d’investisseurs d’or islamique attendent dans les coulisses pour commencer à acheter. Ainsi, les investisseurs devraient acheter de l’or à ces prix bas (par rapport aux prévisions de hausse) pendant qu’ils le peuvent encore.

Traduction de l’article IFAAS UK
En savoir plus sur islamic gold dinar

Islamic Gold Dinar

Le service “Islamic Gold Dinar” permet aux épargnants d’avoir accès aux meilleures conditions de marché, de gestion et de stockage de l’or. Les particuliers bénéficient ainsi d’une solution qui leur permet d’acheter et de vendre l’or de manière professionnelle et de le conserver en lieu sûr de façon simple et économique.




Ce plan d’épargne individuel convient comme solution de prévoyance vieillesse, de plan d’épargne pour les enfants, d’objectifs d’épargne à moyen ou long terme, etc. Ce placement constitue une alternative intéressante au livret d’épargne, au plan d’épargne-logement et à l’assurance vie.
SAAFI assure la distribution exclusive en France du plan d’épargne international “Islamic Gold Dinar” basé sur l’achat d’or physique, géré et domicilié en Allemagne par une société spécialisée en finance islamique. Nous avons demandé à Ezzedine GHLAMALLAH, directeur de SAAFI, de nous présenter les caractéristiques de ce plan d’épargne en or physique.

 
A qui s’adresse cette solution?

Cette solution est pour tous ceux et celles qui veulent se constituer un patrimoine à court, moyen ou long terme. Avec un investissement basé sur l’or, le client bénéficie d’un instrument solide et intemporel pour la construction de son patrimoine.

 

Quels en sont les avantages ?

L’or est un excellent moyen de protéger ses actifs de la dépréciation monétaire et d’atteindre une rentabilité attractive grâce à l’accroissement de la valeur.

Le plan d’épargne Islamic Gold Dinar permet à tous d’épargner en or physique le plus pur (999,9 / 1000) sous la forme de lingots d’or à motifs islamiques. Grâce à la production à un prix intéressant dans les négoces d’or mondiaux, l’or est acheté dans d’excellentes conditions pour le compte des clients. Chaque client peut commencer à investir dans l’or à partir de 50 EUR par mois ou d’un versement unique d’un montant minimum de 1.000 €.
Autres avantages :

Produit d’épargne conforme au droit musulman.

Permet de bénéficier d’excellentes conditions d’achat grâce à la mutualisation.

Dépôt en ligne avec possibilités de transactions.

L’or est livrable à domicile à la date d’expiration du contrat ou sur demande.

Versements partiels possibles à tout moment.

L’or est stocké en Allemagne dans des coffres forts haute-sécurité.

L’or est également assuré à 100% de sa valeur par la société de gardiennage. L’épargnant n’encourt aucun risque de vol.


Quelles sont les dispositions prises pour garantir que ce placement soit licite ?

En fonction de la situation, deux types de contrat peuvent être utilisés. Soit un contrat de Wakala où la société gestionnaire opère comme un agent qui achète de l’or auprès de tiers et le transfère à ses clients. Soit un contrat de Mussawamah (vente ordinaire) lorsque le stock d’or est plus important : dans ce cas la société gestionnaire agit en tant que vendeur direct. Les conditions de vente restent les mêmes.

Les transactions sont effectuées spot, c’est-à-dire au comptant. On ne peut pas faire d’achat ou de vente à terme sur l’or et l’argent afin de respecter les prescriptions contenues dans les hadiths qui traitent du Ribâ al-Fadl.

 
Combien coûte le service pour un particulier ?

Les coûts du service sont répartis de la manière suivante :

Une prime forfaitaire de 5,95% pour chaque euro investi.

L’or est acheté au prix du marché au comptant de Londres plus 6,5 % de frais d’achat. Les frais d’achat comprennent, entre autres, les coûts supplémentaires de façonnage de lingots d’or ainsi que la livraison de l’or dans les coffres haute sécurité.

Les frais de gestion sont de 0,04 % par mois (minimum : 1,00 € par mois ou 12,00 € par an) pour la gestion du compte de dépôt, y compris l’assurance et le stockage de l’or sur la valeur du compte.

 
Quelle est la fiscalité applicable ?

Une personne souhaitant vendre de l’or a le choix entre deux régimes d’imposition :
Option taxation forfaitaire : dans ce cas, le montant de la cession (prix de vente) est soumis à une taxe forfaitaire de 10% du montant du prix de vente.

Option imposition des plus-values : Dans ce cas, les plus-values (prix de vente – prix d’achat) sont soumises, après application de l’abattement sur les plus-values, à l’imposition de 19% + prélèvements sociaux. Concernant les plus-values, un abattement de 5% par année de détention est applicable après 2 années de détention.

Il convient donc de choisir le régime le plus avantageux au moment de la revente. A noter que plus la période de détention de l’or est longue, moins la plus value de cession sera taxée.

 
Quelles sont les garanties mises en place en cas de faillite de la société gestionnaire ?

Avec un compte bancaire lorsque vous faites un dépôt, la propriété des avoirs est transmise à la banque. Les fonds sont comptabilisés dans le bilan de la banque. Si la banque devenait insolvable,les dépôts des clients pourraient être perdus. Un des objectifs d’une banque est de prêter l’argent déposé pas de le garder dans un coffre-fort.

Pour ce qui est du Gold Dinar, les clients ne sont pas créditeurs de la société gestionnaire et n’apparaissent pas sur son bilan d’entreprise. Tous les investissements sont séparés des comptes de la société, car ils restent la propriété des clients. En cas de faillite, tous les comptes des clients seraient gérés par un liquidateur qui ne pourrait pas considérer cette propriété comme un actif de l’entreprise, et ne pourrait donc pas la revendiquer. Il devrait même veiller à la restituer en entier aux clients.

 
Quel est le risque en cas d’attaque informatique contre les serveurs ?

En ce qui concerne la sécurité des données, la société gestionnaire maintient deux bases de données. L’une est en ligne et l’autre est hors ligne. La base de données en ligne est celle qui via leur compte en ligne permet aux clients de suivre leurs investissements. C’est la base qui est hors ligne qui est déterminante pour la gestion du Gold Dinar. La base de données en ligne est continuellement ajustée à partir de la base de données hors ligne. Il n’y a donc pas de risque de cyber-attaque.

 
Concrètement comment se passe la souscription pour un résident français ?

La distribution exclusive ayant été confiée à SAAFI, les personnes intéressées nous contactent via notre site internet et remplissent un formulaire de contact en ligne. A réception, nous leur adressons un courriel pour leur proposer un rendez-vous téléphonique. Si une personne souhaite souscrire, nous lui adressons par courrier ou courriel la demande d’adhésion. Après nous avoir retourné les documents par courrier, elle reçoit ensuite son certificat d’adhésion ainsi que ses codes d’accès à son espace personnel en ligne.

 
Le souscripteur peut il vendre son or à n’importe quel moment, ou acheter des quantités additionnelles ?

Les deux possibilités sont données. Avec une interface facile à utiliser, le client peut passer des ordres d’achat ou de vente via son compte en ligne.

 
Quelle est la Zakat applicable à l’or acquis ?

Le Nissab pour l’or est de 85 grammes ou 20 Gold Dinar. Si le montant de l’épargne conservée tout au long de l’année est supérieur ou égal au Nissâb, alors la Zakât Al Maal doit être payée. La Zakât Al Maal est égale à 2,5 % du total de l’épargne.
Source : Le journal de la finance Islamique 

Le Mourabaha 

Découvrez dans une courte vidéo publiée par labanqueislamique.fr le fonctionnement du Mourabaha.


Le Mourabaha est le contrat le plus utilisé en Finance Islamique. Car il est très simple à mettre en œuvre, et il est totalement conforme à la réglementation Française et bien sûr aux principes de la Finance Islamique.

Le Mourabaha peut permettre le Financement :

  • Immobilier
  • Véhicules particuliers ou d’entreprise.
  • Besoins d’exploitations et d’équipements pour les entreprises…etc

La Mourabaha est un contrat incluant l’acquisition et la vente d’un bien au prix de revient majoré d’une marge bénéficiaire connue et convenue entre la banque et le client.

Exemple :

Un Client souhaite acheter une maison, il signe un contrat Mourabaha avec sa Banque. La Banque achète le bien et paye le Vendeur. Puis elle revend la maison à son client moyennant une marge bénéficiaire déterminée à l’avance. Le client devient propriétaire du bien et il rembourse la Banque tous les mois pendant une durée déterminée également à l’avance.

Aujourd’hui, il est donc possible en France d’acheter une maison, de financer un véhicule particulier ou utilitaire en totale conformité avec les principes Islamiques.

Néanmoins dans la réalité les acteurs proposant ce type de contrat sont encore peu nombreux et seuls quelques biens sont finançables.

Enfin, les conditions d’accession à ce type de financements sont assez drastiques. L’apport personnel demandé et les durées ne peuvent pas permettre à tout le monde d’y accéder.

Cependant, les choses s’améliorent car les sociétés de financements halal font petit à petit évoluer leurs offres pour rendre accessibles au grand public la Finance Islamique.

 

 

Nouvel essor pour les banques islamiques ?

 

«Il est rare que le déposant perde de l’argent»


Dans la conjoncture mondiale, la banque islamique pourrait-elle prendre un nouvel essor, compte tenu des taux d’intérêt nuls en vigueur dans des pays européens, ou serait-elle plombée par l’amalgame entre islam et terrorisme?

Les banques Islamiques face aux amalgames 

Dans la conscience collective, il y a une tendance à confondre islamisme, islam et terrorisme, tant en Europe qu’au Proche-Orient. En fait, il n’y a aucun lien. La banque islamique véhicule une finance conforme aux préceptes de la Charia qui n’engendre nullement le terrorisme. En Indonésie, où les banques islamiques enregistrent une croissance, il n’existe pas de terrorisme, alors que dans les pays où le terrorisme sévit, il y a peu de banques islamiques, comme c’est le cas en Syrie et en Irak. D’ailleurs, le terrorisme est prohibé par l’islam. La banque islamique connaît l’origine des capitaux qu’elle reçoit et leur destination finale. Elle surveille mieux qu’une banque traditionnelle la circulation des fonds. Une banque traditionnelle peut accorder des prêts sans savoir exactement où ces fonds vont aboutir. Notre métier est assimilé à des activités d’entrepreneuriat et de commerce. La banque islamique fonctionne sur base de la «murabaha» en investissant dans l’économie réelle. Elle est le maître d’œuvre du projet de développement pour le compte du client et distribue les bénéfices et profits tirés de ces projets aux déposants, selon un pourcentage fixé lors de la signature du contrat initial, en vertu duquel le déposant charge la banque de faire fructifier ses fonds.
Quels sont les avantages de la banque islamique?

Il y aura des opportunités d’inves-tissement ou de participation à des projets de développement, tant que l’économie réelle fonctionne, même si celle-ci connaît un ralentissement. Dans notre métier, il est rare que le déposant perde de l’argent lorsque la gestion des projets est sérieuse et prudente, le risque bien évalué et la diversification des placements assurée en termes de secteurs économiques, régions et pays. Il y a deux sortes de comptes dans la banque islamique: le compte courant «Amana», dans le cadre duquel la banque joue le rôle d’un coffre-fort pour le déposant qui retire de l’argent de son compte par chèque. L’autre compte est celui de l’«Istithmar», dans le cadre duquel le déposant charge le banquier de lui faire fructifier ses dépôts à ses propres risques et périls, sachant que la Charia interdit les taux d’intérêt et l’investissement dans les produits dérivés et les transactions spéculatives. Lors de la chute de la banque Lehman Brothers, en 2008, et la crise qui a suivi, aucune banque islamique n’a été affectée. Le cas de l’Arab Finance House-Liban est un cas de banque islamique où les déposants ont intenté un procès aux dirigeants de l’établissement, les accusant «de mauvaise gestion». Si le tribunal civil, devant lequel a été porté le procès, se prononce en faveur des déposants, l’Arab Finance House devrait restituer aux clients tous leurs fonds investis.
Les banques islamiques au Liban ne détiennent que 1% du marché total du secteur bancaire. Quelles en sont les raisons?  

Pour le moment, l’environnement au Liban n’est pas encourageant pour ce métier. La loi qui a créé la finance islamique a mis des freins à son développement. La banque islamique ne peut recevoir des dépôts que pour une période minimum de six mois. Ce qui va à l’encontre de la mentalité du Libanais qui préfère les dépôts à terme d’un mois, même s’il ne les retire pas à l’échéance. Les banques islamiques souffrent également de l’imposition et des taxes, surtout en ce qui concerne l’éventail du prix du timbre à payer sur les contrats. A quoi il faut ajouter le passage obligé par le Conseil des ministres pour l’approbation de l’acquisition par la banque d’un terrain, une transaction fréquente pour cette catégorie d’établissements. Ceci dit, le Libanais musulman, même pratiquant, apprécie l’économie de la rente, soit l’encaissement de taux d’intérêt. Néanmoins, la Lebanese Islamic Bank donne aux petits et grands déposants un même pourcentage de profits, afin de les encourager à placer leurs dépôts auprès de l’établissement.

Chafic Moharram

Directeur général de la Lebanese Islamic Bank

Liliane Mokbel

Source

Finance islamique monde : Le Togo émet ses premières obligations islamiques 

Selon l’Agence Ecofin, après le Côte d’Ivoire et le Sénégal, en Afrique de l’ouest, la république togolaise a aussi procédé au lancement d’un sukuk (emprunt obligataire compatible à la loi islamique), avec pour objectif de mobiliser 150 milliards de FCFA. Au total, ce sont 15 millions de titres d’une valeur de 10 000 FCFA, qui sont proposés dans le cadre d’un appel d’offre qui court depuis le 20 juillet et devrait rester ouvert jusqu’au 10 août 2016. L’offre est assortie d’un taux d’intérêt de 6,5% pour une maturité qui ira jusqu’en 2026.

Le principal arrangeur de l’opération est la Islamic Corporation for the Development of the Private Sector, la branche de la Banque Islamique de Développement en charge du secteur privé.


SGI Africaine Bourse, filiale d’Attijariwafa Bank, Coris Bourse, Ecobank Development Corporation, la Société de gestion et d’intermédiation du Togo et BOA Capital Securities du groupe marocain BMCE Bank of Africa, agiront comme co-chefs de file du syndicat de placement.

De Tunis à Johannesburg, en Afrique du sud, la finance islamique et ses différents produits séduisent les gouvernements africains, dont les principaux responsables soulignent la souplesse des conditions. Malgré sa progression importante, elle aura encore du chemin à faire, cependant, pour atteindre les volumes des emprunts en dollars US et ceux libellés en devises nationales effectués par les pays de la région.

Assurance vie halal Swiss Life

Swiss Life a lance la première Assurance vie charia compatible, la 1ère assurance vie halal !

Le site testepourvous.com  a étudié le contrat d’assurance vie halal de Swisslife.

Voici le résultat de leur étude  :

Longtemps annoncé, rarement concrétisé, Swiss Life lance « Salam Epargne & placement » un contrat individuel multisupport, qui permet d’investir dans la Sicav Salam-Pax Sicav, un fond comprenant des OPCVM répondant aux principes de la finance éthique et islamique. Cette assurance vie halal est destinée aux résidents Français, désirant épargner dans le respect des principes de leur foi.

Salam Epargne & Placement, une assurance vie charia compatible

Salam Epargne & Placement est un contrat individuel multisupport. Il est accessible à partir de 3.000 euros de versement initial, le versement complémentaire est de 1500 euros minimum.

Les frais de versement s’élèvent à 4.95 % quel que soit le montant du versement. Les frais de gestion sur le fonds en unité de compte sont de 1.1 % quel que soit le montant de l’encours, quant aux frais de gestion sur le fonds en euros, ils sont gratuits.

Les versements programmés, sont possibles à partir de 75 euros par mois et le montant minimum pour les versements non programmés est fixé à 300 euros par support.

Les arbitrages s’effectuent pour un montant minimum de 1.500 euros, le premier est gratuit. Les frais d’arbitrage suivants sont proportionnels au montant transféré à hauteur de 0,2 % avec un montant forfaitaire de 30 euros par opération.


Les spécificités d’un contrat Charia Compatible

Le contrat a été validé par le conseil de conformité éthique, l’Acerfi (Audit, Conformité Et Recherche en Finance Islamique), puisqu’il répond aux 5 principes de la finance islamique :

  • Il ne propose pas d’intérêt et d’usure puisque le gain « abusif et généré par une transaction déséquilibrée » est prohibé par l’islam ;
  • Il ne permet pas la réalisation d’investissements aléatoires et incertains.
  • Pas d’activités illicites au sens de l’islam : Aucun investissement n’est fait dans les activités liées au hasard, au tabac, à la pornographie, à l’alcool, à la filière porcine et à l’armement ;
  • Il s’engage dans l’économie réelle et tangible ;
  • Partage des profits et des pertes.

L’évaluation de la charia compatibilité

Le contrat Salam Epargne & Placement se démarque à plusieurs titres des contrats d’assurance vie classiques.
Tout d’abord, par son fonds euro, appelé « fonds d’attente », qui ne donne pas accès à une participation aux bénéfices, alors que dans la plupart des contrats d’assurance vie dits « classiques », le fonds euros est revalorisé par cette participation aux bénéfices.
Le support fournis est unique, alors que la majorité des contrats proposent en moyenne 200 supports. Cela s’explique probablement par un nombre très faible de fonds charia compatibles.
En accord avec l’obligation du partage des pertes et profits, le support UC « Salam Pax » permet de rémunérer l’adhérent en cas de profit, dans le cas contraire, la perte est supportée par tous.
En conformité avec la loi islamique, il n’y a pas de garantie décès, en effet, toute spéculation sur un évènement incertain et aléatoire est condamnée. D’où, l’absence de garantie plancher présente dans la plupart des contrats d’assurance vie classique.
Contractuellement, les avances ne sont pas prévues au contrat. Une avance s’apparentant à un prêt, elle est interdite.
Alors que la plupart des contrats proposent des sorties en rente viagère et en capital, ce contrat ne présente qu’une sortie en capital.
Enfin on retrouve dans ce contrat une dimension éthique que l’on peut retrouver dans certains contrats proposant des fonds ISR (investissement socialement responsable). C’est le cas du contrat d’assurance vie « Assurance vie responsable et solidaire » distribué par la MAIF, répondant aussi à une éthique non pas religieuse, mais d’investissement.
Ce contrat présente de nombreux avantages pour les personnes de confession musulmane qui souhaitent placer leur argent, bien que les frais de gestion sur UC soient assez élevés, qu’il n’y ait aucune revalorisation de l’épargne placée sur le fonds euros, et que le support UC soit unique. Cependant les millions de musulmans de France, vont pouvoir bénéficier du placement préféré des Français, tout en étant en conformité avec leurs convictions religieuses.

Retouvez l’article complet ici

Dossier spécial Epargne Halal

L’Epargne Halal, un mythe ou une réalité ?

Dossier spécial epargne halal

Nous allons ici vous expliquer ce qu’est L’Epargne Halal et quelles solutions existent aujourd’hui.

1. Epargne Halal, Epargne Haram?

Le terme Epargne Halal vient en opposition au terme Epargne Haram (licite/illicite). Aujourd’hui en France les banques proposent uniquement des comptes d’épargne rémunérés.

Ces comptes rémunérés tels que les livrets, les plans d’épargne logement, les plans d’épargne retraite, ainsi que les assurances vie conventionnelles sont considérés comme Haram. En effet ces comptes sont assujettis aux intérêts et donc à Riba. Ce qui est prohibé en Islam.

Aujourd’hui il existe une alternative. En effet, des comptes Epargne Halal, c’est-à-dire conforme aux préceptes de l’islam ont vu le jour. Ces comptes sont visés et vérifiés par un charia board, ce qui garantit la conformité aux principes de l’islam et donc de la finance islamique.

2. Pourquoi les comptes epargne halal ?

En France, où vivent environ 5 millions de musulmans, il n’y avait jusqu’ici pas de possibilité pour ces personnes de recourir à des comptes epargne halal rémunérés en conformité avec leurs foi.

3. Les comptes conformes aux principes de l’islam :

Pour être considéré comme halal, un compte épargne doit respecter entre autres cinq grands principes et être agréé par un collège d’experts en finance islamique que l’on appelle le charia board.  Voici ci dessous le label charia délivré par le CIFIE à un contrat d’épargne islamique.

Charia board epargne halal Les cinq grands principes sont :

  1. L’interdiction de l’usure,
  2. L’interdiction du financement de certaines secteur d’activité tel que l’armement, l’alcool, les jeux de hasard… Etc.
  3. L’incertitude (gharar),
  4. La spéculation (maisir),
  5. L’enrichissement injuste, exploitation déloyale.

Plus d’infos ici

4. A qui s’adresse ces comptes ?

C’est comptes sont ouverts à toute personne quelque soit sa confession et qui éprouve un intérêt à investir son argent en respectant certaines valeurs morales et éthiques. C’est comptes ne sont donc pas ouverts uniquement aux musulmans, toute personne peut y accéder pourvu qu’il y trouve un intérêt.

5. L’assurance-vie:

L’assurance vie sous sa forme Takaful fait partie des comptes qui respecte les principes de la finance islamique. L’assurance vie est très interessante sur le plan fiscal et successoral. Nous allons nous attarder sur le contrat d’assurance vie Salam épargne placement construit par SwissLife.

Ce type de contrat a le mérite de présenter donc au moins 3 avantages majeurs:

Avantage fiscal (une fiscalité extrêmement privilégiée en cas de retrait partiel après 8 ans mais aussi avant.)

Avantage successoral (en cas de décès du souscripteur, les fonds sont reversés au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) au contrat hors droits de succession (en respectant certains plafonds)

Avantage Ethique (le placement respecte certaines valeurs éthiques, et pas besoin d’être musulman pour y adhérer !)

6. Salam épargne placement Swisslife :

Il s’agit d’un contrat d’assurance vie takaful. SALAM-Epargne & Placement est un contrat individuel d’assurance vie de type multisupport.
 L’univers d’investissement mis en place par le gérant de fonds est le suivant :

Il s’agit d’un fonds de fonds, investi en parts de fonds conformes aux principes de la finance islamique ou Charia compatible qui interdit d’investir dans les activités et secteurs liés à l’alcool, au tabac, aux loisirs, à l’armement, à la viande porcine et les activités bancaires ou d’assurances traditionnelles, porteuses d’intérêts.

La sélection est réalisée sur la base de critères quantitatifs et de critères qualitatifs tels que gouvernance d’entreprise 
ou qualité des processus de gestion. Les analyses permettent d’identifier des opportunités d’investissement dans une économie fondée sur 
des produits et services éthiquement acceptables.

7. Quels sont les frais?

Frais à l’entrée et sur versement :

4,95% maximum de chaque versement.
Frais en cours de vie du contrat :


– sur le Fonds Euros : aucuns frais ;

– sur les supports en Unités de Compte : 1,10% de l’épargne, sur base annuelle.
Frais de sortie : néant.

Autres frais :

– frais d’arbitrage : un arbitrage gratuit par année civile ; arbitrages suivants : 0,20 % de l’épargne transférée, majorés d’un montant forfaitaire de 30 euros.

8. Disponibilité de l’épargne :

Rachat partiel ou total du contrat :
Le Souscripteur peut à tout moment, au terme du délai de renonciation, demander le rachat partiel ou total de l’épar- gne constituée.

Chaque rachat partiel doit être d’un montant minimum de 1 500 euros.

Le montant restant investi ne peut être inférieur à 3 000 euros.

Le montant minimum de rachat par support est de 150 euros.
Le rachat total du contrat met fin au contrat.

9. Support d’investissement :

Epargne halal assurance vie

La sicav Salam Epargne et Placement est ce que l’on appelle un fond de fond. Les fonds de fonds sont des fonds dont la performance est liée à plusieurs autres fonds. Les gérants de ce type de fonds ont pour mission de sélectionner les fonds les plus performants. L’autre avantage est la répartition du risque puisque votre argent est investi dans différents secteurs d’activité, dans différentes régions du monde, avec différentes sociétés de gestion, et souvent dans différentes devises, cela permet de réduire les risques.

Le fond Salam pax sicav est répartis de la manière suivante:
-39% en action
-11% en obligation
-37% en liquidités
-13% dans les autres actifs.

Le fond est essentiellement investi aux États-Unis à hauteur de 50%, en Asie à hauteur de 20% est dans la zone euro à hauteur de 8%.

Le fond bénéficie d’une bonne répartition dans différents secteurs de l’économie :

la santé est représenté à hauteur de 19% l’énergie à hauteur de 18% la technologie à hauteur de 16% les matériau de base à hauteur de 10% et la consommation cyclique 10%.

10. Performances:

Epargne halal salam

Comme on peut le constater sur ce graphique le contrat d’assurance vie Takaful performe aussi bien que l’indice CAC 40 depuis sa création. On peut aussi constater que la volatilité, c’est-à-dire l’ampleur de variation du cours est moins exacerbée que l’indice CAC 40. Ce qui signifie que le cours subi moins de fluctuations.

Conclusion :

Il est aujourd’hui possible de placer son argent en conformité avec les principes de l’islam à condition d’être conscient du risque. Comme nous l’avons vu l’un des contrats charia compatible disponible sur le marché est intéressant même si les performances passées ne peuvent prévaloir des performances futures.

Néanmoins le contrat est classifié 6 sur une échelle de 1 à 7 par l’AMF concernant le couple rendement/risque. Les montants investis sur les supports en Unités de Compte ne sont pas garantis mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse, dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.

Mais n’oubliez pas l’avenir se prepare…

Takaful

 

Les règles du commerce en islam

Quelles sont les règles du commerce en Islam?

L’islam regit le commerce des musulmans au moyen de trois sources principales : Le Coran, la Sunna (tradition prophétique) et le Fiqh (jurisprudence islamique).

Ces règles sont compilées dans un livre que nous allons vous faire découvrir aujourd’hui : les règles du commerce en islam.

Certes les commerçants seront ressuscités le jour du jugement comme étant des pervers sauf celui qui craint Allah, a fait preuve de piété et a été véridique ». (Rapporté par Tirmidhi)

Bien entendu ces mêmes valeurs sont véhiculées dans la Finance islamique Mais aussi dans les contrats d’Assurances Islamiques dit Takaful.

Après lecture de ce livre vous serez en mesure d’adopter le bon comportement dans le cadre de votre commerce. L’islam régit notre vie mais aussi notre travail. Nous nous devons d’être irréprochable sur ce sujet.

Les règles du commerce en islam ne sont pas toutes connues, ce livre va vous permettre de mieux vous adapter à l’éthique musulmane dans le cadre de la vente en islam.

Les règles du commerce en islam
Les règles du commerce en islam

Vous trouverez par exemple tout une partie sur le partenariat en Islam dont voici un extrait :

L’imam Chawkani a dit :
Le partenariat légiféré a lieu lors du consentement entre deux personnes ou plus sur le fait que chacun d’entre eux donne une part bien déterminée de son argent et ensuite de l’ensemble de cet argent, il va en résulter des profits ;
Et ceci, pour que chacun des deux associés ait une part des bénéfices proportionnelle à l’argent qu’il a versé ;
Et aussi, d’avoir une récompense en fonction du travail que l’un a fourni dans la compagnie.
S’ils se sont mis d’accord sur le fait d’avoir la même part de récompense (même pourcentage de profits) alors que la part versée de chacun n’est pas la même.
Comment définir le bénéfice : on parle en pourcentage de bénéfice et non pas en montant car on ne sait pas combien on va Gagner.

Alors bonne lecture !!! 🙂

Télécharger (PDF, 1.84MB)

Les 5 piliers de la Finance Islamique

Connaissez vous les 5 piliers de la Finance Islamique ?

La finance islamique qui s’est développé dans les années 70 a connu un très fort développement ces dernières années.

Elle représente aujourd’hui plus de 2000 milliards de dollars d’encours. Mais les principes qui régissent la finance islamique sont encore très peu connu nous allons tenter de vous dévoiler certains de ses principes fondamentaux.

Boom de la finance islamique
Boom de la finance islamique

Le potentiel de développement de la finance islamique en France est très important. En effet, la France détient une population musulmane très élevée avec une population supérieure à 6 millions de personnes, soit près de 10% de la population totale.

En ce qui concerne la finance éthique, la demande toujours plus importante en matière de responsabilité des investissements constitue un terreau favorable au développement de ces produits financiers dits éthiques. Néanmoins, elle recouvre pour le moment moins de 2% des actifs financiers.

En revanche, la finance islamique qui est un compatiment de la finance éthique se place dans un cadre beaucoup plus innovant même si elle demeure une activité de niche.

Ce type de finance qui est à la fois une finance éthique et participative respecte donc un certains nombres de règles. Ces règles correspondent aux 5 piliers de a finance islamique et doivent être obligatoirement certifié par un comité indépendant que l’on appelle le charia board ou le comité charia.

Voici une vidéo d’ Anass Patel fondateur de 570easi qui vous aidera à y voir plus clair.

Parlez nous de vos projets sur le site www.labanqueislamique.fr

Christine Lagarde fait l’éloge de la Finance Islamique :

 Actualité Finance Islamique

La finance islamique qui a très bien résisté à cette crise que nous traversons depuis 2008 pourrait se voir allouer des moyens supplémentaires pour constituer un cadre réglementaire et ainsi accélérer son développement.

“La Finance Islamique peut en principe devenir un facteur de stabilité financière car le partage du risque reduit le ratio d’endettement et les échanges sont adossés à des actifs tangibles donc entièrement garantis.”

Christine Lagarde directrice du FMI

Le FMI va donc davantage s’impliquer dans cette finance ethique pour que celle ci puisse accélérer son développement et atteindre son réel  potentiel.

Actuellement les actifs dépassent les 2000 milliards de dollars mais ne pesent qu’une goutte d’eau dans la totalité des actifs financiers mondiaux.

D’autre part seulement 40 millions de personnes sont clientes d’une banque islamique sur les 1,4 milliards de musulmans dans le monde.

Il reste donc une belle marge de progression!

Pour en savoir plus : banque islamique en France