L’épargne Halal, comment ça marche?

L’épargne Halal : mode de fonctionnement et avantages

 

Le marché de l’épargne halal se developpe petit à petit en France. Aujourd’hui si vous souhaitez mettre de l’argent de côté en respectant vos convictions religieuses, il n’y a pas 36 solutions… Seuls quelques solutions existent.
Un compte épargne halal, est un compte qui répond aux mêmes besoins que les comptes classiques. C’est à dire qu’un compte epargne halal peut servir à financer différents projets à court, moyen ou long terme.

Par exemple, vous pouvez ouvrir ce type de compte pour préparer le financement :

  • D’un achat immobilier,
  • D’un achat de véhicule,
  • Des études de vos enfants,
  • D’un pèlerinage hajj ou omra,
  • D’Un projet professionnel…etc

Même si la finalité est la même, les moyens mis en œuvre pour y parvenir sont différents. Un compte épargne halal doit repondre en plus des exigences réglementaires, à certaines règles islamiques, dont en voici une esquisse :

L'épargne halal

Les principes fondamentaux de la finance islamique

  • L’interdiction de l’intérêt (le riba) : L’usure (le riba) a été expressément interdite dans le Coran. Le Prophète a maudit celui qui le prend, celui qui le donne, le rédacteur de l’acte et le témoin. Il est interdit de ce fait d’exiger un rendement du simple fait de prêter. L’intérêt est le prix du prêt alors que fondamentalement, le prêt ne doit générer aucun profit. Cette interdiction est valable aussi bien pour l’intérêt contractuel sur le prêt que pour toute autre forme d’intérêt de retard ou d’intérêts déguisés en pénalités et commissions.
  •   L’interdiction du risque excessif (algharar) : Les opérations et les transactions doivent revêtir la transparence et la clarté nécessaires, de manière à ce que les parties soient en parfaite connaissance des valeurs de leurs échanges. C’est à ce titre que les opérations dont la contre-valeur n’est pas connue avec exactitude, celles engendrant un risque excessif ou celles dont l’issue dépend essentiellement du hasard sont interdites (les jeux de hasard, les contrats d’assurance classique, etc.)
  • L’adossement à des actifs réels : La finance islamique est dans tous les cas de figure rattachée à l’économie réelle. Toutes les transactions financières doivent être adossées à des actifs réels et échangeables. Ce principe, conjugué avec celui de l’interdiction de l’incertitude excessive fait que par exemple les produits dérivés soient prohibés.
  • La participation aux pertes et aux profits
 : Une seule partie ne peut à elle seule assumer tout le risque lié à une transaction. De la sorte, l’autre partie ne peut se prévaloir du privilège de transférer tous les risques sur le cocontractant. Le rendement est un corollaire du risque et en constitue la principale justification. C’est même la traduction de la règle « Al Ghonm Bel Ghorm ». C’est à ce titre qu’on ne peut pas s’engager sur un rendement fixe pour un placement par exemple.
  •  L’interdiction de vendre ce que l’on ne possède pas
 : La propriété constitue la principale justification du profit généré soit par sa détention soit par sa vente. Cette justification n’est qu’une traduction de la règle précédente, du fait que la détention d’un actif fait supporter à son propriétaire des risques justifiant son profit le cas échéant. De ce fait, on ne peut pas vendre un bien qu’on ne possède pas (la seule exception à cette règle est le contrat Salam), ni vendre des actifs avant de les détenir. C’est ainsi que les activités d’intermédiation sont fortement réglementées, les process des financements adossés à des montages d’achat et de revente de biens sont méticuleusement étudiés pour respecter cette règle.
  • L’interdiction des activités illicites
: La finance islamique est une finance éthique et responsable. Il en découle l’interdiction de financer toutes les activités et tous les produits qui sont contraires à la morale : alcool, drogues, tabac, armement… ainsi que les produits interdits à la consommation par les textes de l’islam (viandes de porc et dérivées).
  •  L’interdiction des échanges différés de valeurs étalon
 : Selon une parole expresse du Prophète, l’échange de valeurs étalon de même nature (or contre or, argent contre argent, et par conséquent monnaie contre monnaie) ne peut se faire que séance tenante (de main en main) et dans les mêmes proportions. Ce texte est à l’origine de l’interdiction du change à terme par exemple.

Il s’agit là bien évidemment d’une liste non limitative des principes, dont les uns sont parfois les émanations des autres…(Wadi MZID, Directeur à Banque Zitouna, Tunisie).

Enfin sachez que les comptes épargne halal ont souvent les avantages suivants:

  • L’épargne halal est attractive : Une rémunération intéressante comparé aux livrets d’épargnes classiques.
  • L’épargne halal flexible selon le rythme qui vous convient : liberté de versement mensuel, trimestriel ou annuel.
  • L’épargne halal disponible : vous pouvez effectuer des retraits sur votre compte épargne à tout moment.
  • L’épargne halal pratique : les comptes épargne halal peuvent servir à financer tous vos projets quelque soit l’horizon mise en oeuvre de ceux-ci.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter le dossier spécial  épargne halal ici.

Site d'information sur l'assurance islamique